Deux semaines en Inde
Asie du sud Inde Itinéraires

Deux semaines en Inde

Rating Chart

5 average based on 1 ratings

  • Excellent
    1
  • Very Good
    0
  • Average
    0
  • Poor
    0
  • Terrible
    0
Ah! Enfin, un billet! Un mois pile poil après le départ, c’est le temps de faire un premier coucou à ceux qui nous suivent uniquement ici. Pour ceux-là, sachez qu’on publie des photos ou des vidéos presque tous les jours sur notre page Facebook (parce que c’est plus rapide et plus simple). Si le coeur vous en dit, vous trouverez ça par ici : la page du Carnet de nos voyages Ailleurs et autrement.

Le choix de l’Inde

En planifiant notre voyage de cette année, nous avions d’abord le Sri Lanka comme objectif. Et ensuite Bali. Deux destinations dont le visa permet un séjour d’au plus 30 jours. En cherchant les billets d’avion, l’aller-retour pour New Delhi était beaucoup plus avantageux. Du coup, on s’est dit : bah, pourquoi pas l’Inde aussi?

Préjugés défavorables

« Quoi? Vous allez en Inde? Vous allez être malades! Paraît que ça pue. Paraît que c’est sale. Je connais quelqu’un qui y est allé et qui est encore malade six mois plus tard… ».

Que des encouragements quoi.

Nos attentes

Aussi, on ne s’attendait à rien de l’Inde. À part qu’on s’attendait au pire. Notre billet annonçant ce voyage en Asie du sud parlait de « choc des sens ». On s’attendait à être secoués dans les bases même de notre confort.

À voir comment on s’est laissés littéralement gavés par nos amis et nos familles dans le temps des Fêtes («Mangez! Mangez! Vous allez maigrir en Inde!), ma foi, on s’attendait vraiment à être malade.

Deux semaines en Inde

Quand on s’est mis sérieusement le nez dans les guides, on a réalisé que l’Inde est vraiment un pays immense. Plus on regardait ce qui nous intéressait, plus notre choix de deux semaines nous semblait trop court. Aussi, il nous a fallu sacrifier plusieurs destinations, ce qui déjà nous faisait dire qu’il faudrait y revenir.

Et encore, c’était avant d’y mettre les pieds.

Notre itinéraire

Nous sommes arrivés à New Delhi. Nous y avons passé 48 étourdissantes heures. Je reviendrai sans doute sur New Delhi (d’autant qu’on y retournera à la fin du voyage!) mais pour l’instant, retenez seulement qu’on était déjà contents d’en repartir. La pollution des gaz d’échappement des autobus et des tuk-tuk est ce qui nous a le plus agressé. Ensuite, l’impossibilité de faire un geste sans se faire embarquer par quelque revendeur de tour, de tuk-tuk, de taxi, etc., qui nous mentent en pleine face pour s’affirmer représentant officiel de telle ou telle agence gouvernementale. Notre arrivée sans argent du pays, en raison de la récente « démonétisation » imposée par le Gouvernement indien, a un peu compliqué notre séjour aussi. J’y reviendrai dans un autre billet.

Ensuite, nous avons pris l’avion de New Delhi jusqu’à Coimbatore, au centre du sud du pays. La route de Coimbatore à Coonoor, notre destination dans les montagnes en pays des thés, pourrait à elle seule alimenter en photos un numéro spécial du National Geographic : échoppes de bord de route débordant de fruits, les femmes dans leurs sarees lumineux balayant la poussière rouge de la terre, les sourires, les mains dans les airs pour nous saluer…

Après, (ça y est, je suis partie! j’ai le goût de tout vous raconter. je dois me retenir où ça ne finira plus!), nous sommes passés à la côte ouest et avons descendu ensuite tout au sud : Fort Kochi, Allepey (les backwaters du Kerala) et Kovalam.

Dès après New Delhi, l’Inde a commencé son opération de charme et nous a complètement séduits.

L’Inde, entre mythes et réalité

Oui, bien sûr, c’est un pays pauvre. Mais ce n’est pas ce qui nous a frappé.

L’Inde est belle. L’Inde est photogénique. Les femmes Indiennes dans leurs sarees chatoyants sont magnifiques. Leurs visages sont beaux. Les jeunes hommes sont beaux aussi. Leurs visages sont doux. Ils ont des coiffures mode et ont toujours l’air de sortir de la douche. Même les pêcheurs sur la plage le matin sentent le savon frais! Leur terre est poussière rouge, les déchets sont brûlés de temps en temps en bord de route mais entre les deux, les devants de leurs maisons ou leurs commerces sont propres, fraîchement balayés à temps plein.

L’Inde goûte bon. La cuisine indienne est absolument savoureuse. Vous n’imaginez pas les parfums! Cardamome, cannelle et clou de girofle sont de la fête à tous les plats. En Inde, un simple riz basmati est un vrai festin. Nous avons mangé bien. Et beaucoup. Et nous n’avons pas été malades.

Si bien qu’on a quitté l’Inde avec quelques kilos de plus!

D’autres billets suivront pour vous parler de l’Inde plus en détails et des coups de coeur que nous avons eu par endroits, de façon plus spécifique. Mais ce sera peut-être juste après notre retour, question de vous parler aussi du Sri Lanka pendant qu’on y est! 😉

 

 

You Recently Viewed ...

blogue_Asie_sud_Inde_SriLanka_Bali

Prochain voyage : trois pays d’Asie du sud!

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

LEAVE A COMMENT

Ailleurs et autrement.