À faire / À voir Amérique du sud Argentine Coups de coeur Terre de Feu Uncategorized

Sortie en voilier à Ushuaia

[su_wiloke_sc_company_website]Partis de Punta Arenas tôt le matin, par bus, vers Ushuaia. Quelque 600 km de route, traversée par bateau du Détroit de Magellan et passage des douanes Chili/Argentine. Une journée d’environ dix heures qui nous fait passer de la Patagonie à la Terre de Feu.

Ce que nous avions en tête pour ce court passage à Ushuaia était très clair : quitter la Terre de Feu pour un petit après-midi de voile. Faute de nous rendre au Cap Horn (une expédition de 4 à 7 jours dont les prix varient de 6 000 à 16 000 $ CA!), on allait au moins jouer un peu dans ses eaux, ne serait-ce que quelques heures.

Nos 20 ans de voile ont laissé des traces. À travers toute l’offre de bateaux qui permettent d’explorer le Canal Beagle, nous avons choisi l’un des rares voiliers du port, le If…, un voilier d’acier de 15 mètres. Une bête à tempête.

On quitte le port au gros soleil. Il fait beau, doux et le temps est calme plat. À la sortie du port, un petit vent se lève, comme un cadeau. Une douzaine de noeuds, avec peut-être quelques rafales à 15. Le capitaine coupe aussitôt le moteur. Et on lève les voiles. Ici, peut-être plus que n’importe où ailleurs dans le monde, le fuel coûte cher. Et le vent est une ressource inépuisable.

voilier-if-ushuaia
En haut à gauche, près du paquebot du National Geographic, le If…
Les matins d’Ushuaia commençaient dans un calme plat. De l’autre côté du canal de Beagle on apercevait la silhouette dentelée de l’île Hoste et l’étroit défilé de l’Angostura Murray qui mène à l’archipel Horn.
Au milieu de la journée, l’eau se mettait à bouillonner et la côte disparaissait au loin derrière un écran de vapeur.
                       Bruce Chatwin, « En Patagonie »

Nous n’avons pas vu ces eaux dans leur état normal. Nous avons eu droit à des conditions exceptionnelles : peu de vent (on en a même manqué pour le retour!) et du temps doux, voir chaud. Être confortable en t-shirt sur un voilier à Ushuaia, ce n’est pas normal. Comme on le raconte dans ce billet « Ushuaia – Terre de Feu ».

voilier-if-ushuaia
Marins d’eau douce… au bout du monde!

Première station : observation de lions de mer à quelques mètres de l’îlot Alida.

Isla Alida - Canal Beagle
Colonie de lions de mer sur la Isla Alida, à quelques milles nautiques d’Ushuaia.

On reprend ensuite la route jusqu’à l’îlot H, où l’on s’arrête pour une petite randonnée.

Isla H - Canal Beagle
Amarrage de fortune à travers les roches pour une escapade à l’Isla H, communément appelée « le cul du monde » par les locaux (parce qu’elle a les allures d’une paire de fesses!).

La trempette de pieds est partie d’un défi lancé par notre guide. Faut pas me dire « t’es pas game ». L’eau était froide, mais pas du tout de quoi cramper des orteils. J’étais étonnée de pouvoir rester les pieds dans l’eau, à 80 km du Cap Horn, à quelques centaines de kilomètres à peine de l’Antarctique. Mais… c’est uniquement parce qu’hier et aujourd’hui, le plein soleil et les 24 degrés celcius ont faussé la température de l’eau qui vient mourir dans le gravillon. Je l’ai vite compris en avançant tout juste de deux pas de plus… la banquise avait soudainement l’air moins loin tant l’eau était glaciale!

Retour vers Ushuaia - Canal Beagle
Retour vers Ushuaia par calme plat, en contemplation devant ce paysage unique.

Après notre excursion sur l’îlot H, le soleil à bord nous fait réaliser qu’on est assoiffés. Avant de boire l’eau que nous offre l’équipage, je me laisse inviter par les six touristes Argentins à bord avec nous : dégustation d’alcool de Dulce de Leche. Enfin, pour eux, cela n’a rien d’une dégustation. Ils y vont gaiement et la bouteille y passera. Je me contente d’un petit verre, juste pour goûter.

Du dessert à boire. Alcoolisé. Peut-être un peu proche du Tia Maria, mais sans son aspect trop riche ou trop gras.

Délicieux! (Voir note 1)

Terre de Feu… en pays de glace? Mais quel rapport?

Pour répondre à cette question, je vous offre un autre extrait de Bruce Chatwin dans son livre « En Patagonie » :

Tierra del Fuego – la Terre de Feu. Les feux étaient ceux des Indiens fuégiens.
Selon une des versions de l’origine de cette dénomination, Magellan n’ayant aperçu que de la fumée l’avait appelée Tierra del Humo, Terre de la Fumée, mais Charles Quint déclara qu’il n’y avait pas de fumée sans feu et changea le nom.
Les Fuégiens sont morts et tous les feux éteints. Seules les torchères des raffineries crachent leur panache de fumée dans le ciel crépusculaire.
                       Bruce Chatwin, « En Patagonie »

Ushuaia – Infos pratiques

  • Nous étions à Ushuaia au coeur de la haute saison. L’équivalent des vacances de la construction au Québec. Nous avons réservé notre bus aller-retour depuis Punta Arenas, trois jours avant. Essentiel si on veut être sûr de repartir. Nous avons déniché notre hébergement de peine et de misère, trois jours avant aussi, via Booking.com. Nous avons réservé l’unique chambre disponible à moins de 200 $ CA. Mieux vaut s’y prendre d’avance si on veut profiter de meilleurs prix que ce qu’on a eu.
  • Nous avons logé à La Posta Hostel Apart, à l’extérieur du centre (approx. 2 km). Possible de marcher entre les deux… lorsqu’on est en pleine forme. Type auberge de jeunesse, mais drôlement bien organisée, avec toilettes et douches en grand vestiaires séparés, hommes/femmes, comme dans un gym. Très propre. Personnel accommodant. Deux espaces cuisines bien équipés pour y préparer nos repas. Trois nuits en chambre sans toilette ni lavabo : 275 $ CA. Soit 92 $ la nuit. Pas une aubaine.
  • Le Voilier If… que nous avons choisi est opéré par la compagnie Tres Maria, qui propose aussi un bateau à moteur, plus spacieux, et embarquant plus de monde. Prix : 90 $ par personne pour une sortie de presque 4 heures. Vu le caractère unique du lieu, et vu le prix des autres types de croisière dans les parages, le prix est raisonnable. Une recommandation : apportez votre eau, même si le personnel de la compagnie vous assure qu’il y a de l’eau en bouteille à bord. C’est peut-être là l’explication des trois petits points dans le nom du voilier. Parce que…

Note 1 : Avant l’embarquement, on nous a assuré qu’il y avait de l’eau en bouteille pour tout le monde à bord. Sauf qu’au final, tout le monde à part nous deux avaient leur eau et/ou n’ont bu que de l’alcool de Dulce de leche. Si bien qu’on a été les seuls à boire l’eau qui sortait de la grosse cruche pas neuve qui traînait à bord. Et on a été malades comme des chiens une heure après la sortie du bateau. Dans ce contexte, l’hébergement loin du centre ET la chambre à salle de bain partagée étaient un moins bon choix. Trois petits points!

You Recently Viewed ...

Carte de nos voyages. Ailleurs et autrement. Le blogue.

Cartes de nos voyages à ce jour

Trek glacier Perito Moreno Argentine

Trek sur le glacier El Perito Moreno, en Argentine

Sur la route, en Patagonie

Renard-petit-prince-St-Exupery-en-Patagonie

Las Torres del Paine – parc national au Chili

Puerto Natales, une oasis en Patagonie chilienne

Ailleurs et autrement.